Portail et magazine aux multiples sujets
Pomms : Portail et magazine aux multiples sujets
Fils RSS
Accueil > Sciences > Pourquoi les antibiotiques « c’est pas automatique » ?
 

Pourquoi les antibiotiques « c’est pas automatique » ?

 
Pourquoi les antibiotiques « c’est pas automatique » ?

Les antibiotiques ont une réputation de « médicaments miracles » qui leur colle à la peau. Si pour les infections bactériennes ils sont efficaces, en prescrire quand un virus nous cloue au lit creuse inutilement le trou de la sécu. Mais quelles sont les différences entre virus et bactéries ?

 
 

Lorsqu’une maladie se déclare chez l’être humain il y a deux coupables possibles : les bactéries ou les virus. Si on les range tous les deux dans la catégorie microbe, à part leur petite taille, ils n’ont pas grand chose en commun.

Les bactéries sont des organismes unicellulaires totalement autonomes. Elles vont utiliser l’énergie présente dans leur milieu pour se développer. Elles peuvent produire leur propre matériel génétique pour se reproduire par division cellulaire (Une bactérie va en donner deux en se divisant). Cette particularité leur permet de se développer assez vite. Elles ont aussi la possibilité de se déplacer par l’intermédiaire de flagelles (comme les spermatozoïdes). Toutes ces propriétés les distinguent des virus. En effet ceux-ci sont inertes. Ils sont juste composés d’un matériel génétique qui ne se développe pas dans leur enveloppe. Pour pouvoir se multiplier il doit coloniser des cellules vivantes. Il va, grâce à sa membrane, pouvoir rentrer dans une cellule ou y injecter son matériel génétique. A partir de là, il détourne l’activité de la cellule pour créer d’autres virus. Ces nouveaux virus vont sortir de la cellule en la faisant exploser.

Revenons aux antibiotiques. Ces médicaments ont été développés pour s’attaquer aux bactéries. Ils stoppent donc la prolifération des bactéries en détruisant leurs parois ou en les empêchant de se répliquer. Ils sont donc inefficaces contre les virus puisqu’ils ne se reproduisent que dans d’autres cellules et leur enveloppe est très proche de celle des cellules infectées. Donc on risquerait, en voulant altérer les virus, de détruire des cellules du corps infecté. Malheureusement les patients font souvent pression pour se faire prescrire des antibiotiques. Quand on sait qu’environ 60 % des maladies sont d’origine virale, on a du mal à légitimer la consommation française d’antibiotiques.

Mais plus grave que les préoccupations financières qui plombent notre système de santé, ces pratiques ont aussi des conséquences plus importantes. Les bactéries, comme tout organisme vivant, sont capables de muter et deviennent résistantes aux antibiotiques. En utilisant massivement des antibiotiques à tort et a travers, on permet aux bactéries résistantes de se développer plus massivement. Les chercheurs sont de plus en plus inquiets, puisque les antibiotiques sont de moins en moins efficaces et ils explorent aujourd’hui d’autres pistes pour stopper les infections bactériennes. Alors souvenez-vous la prochaine fois que vous êtes malade : « les antibiotiques c’est pas automatique ! ».

Wilfried Rochard
30/01/2006

 


Pour aller plus loin ...
 

> Le Paradoxe des antibiotiques de Stuart B. Levy, Françoise Breton (Traduction). Éditeur : Belin. Collection : Regards sur la science. ISBN : B00008D9VA

> Le site de la sécu sur sa campagne contre l’utilisation abusive d’antibiotiques (antibiotiquespasautomatique.com).

> Le site du programme national d’information sur les antibiotiques (antibiotiques-info.org)

> Un site complet sur les antibiotiques (doctissimo.fr)


> ()