Portail et magazine aux multiples sujets
Pomms : Portail et magazine aux multiples sujets
Fils RSS
Accueil > Sciences > Pourquoi voyager en bateau peut devenir un calvaire ?
 

Pourquoi voyager en bateau peut devenir un calvaire ?

 
Pourquoi voyager en bateau peut devenir un calvaire ?

Nos fabuleux océans, peuvent devenir la hantise des marins débutants en mal d’aventure. Le voyage ressemble vite à des allers-retours incessants, la tête par-dessus bord pour évacuer le maigre repas qu’ils avaient eu du mal à avaler. Principal accusé : le mal de mer.

 
 

Dans un souci d’efficacité l’évolution nous a doté de plusieurs systèmes sensoriels pour nous repérer dans l’espace. Si dans la vie quotidienne ils sont efficaces, sur la mer le problème est tout autre. La faute incombe à nos yeux et à l’oreille interne.

Pour les yeux le principe est simple. Le cerveau analyse les images que l’oeil lui envoie et réagit en fonction. Pour les oreilles internes c’est un peu plus compliqué. Nous en avons deux, une à gauche et une à droite. Chacune est composée de 3 capteurs sensoriels, orientés dans les trois directions de l’espace, un à la verticale, un autre qui s’occupe « de devant » et « de derrière » et le dernier pour la gauche et la droite. Ils comportent de petites billes appelées, otolithes, qui roulent sur des cellules équipées de sortes de petits cils. Lorsque notre tête bouge, les otolithes roulent sur ces petits cils. Un peu comme quand on soulève une table de billard et que les boules roulent dans la direction de la pente. Ces petits cils vont donc informer le cerveau que la tête a bougé et celui-ci va prendre les mesures qui s’imposent au niveau musculaire pour maintenir l’équilibre.

Problème, quand les yeux et l’oreille interne envoient des informations contradictoires au cerveau il perd la tête et provoque une sensation de malaise. Par exemple, quand on est dans un train arrêté et que celui d’à coté s’en va on a l’impression de bouger. Dans ce cas, l’oreille interne dit au cerveau « on ne bouge pas » et les yeux l’inverse. En revanche quand les yeux rencontrent un objet immobile sur le quai l’ambiguïté disparaît puisque les yeux se rendent compte de leur erreur. C’est ce processus qui provoque de manière générale le mal des transports.

Même si les personnes ne sont pas égales face au mal de mer (certaines personnes y étant plus sujettes que d’autres) généralement les premiers pas sur un bateau ne sont pas très agréables. Notre corps s’est habitué à la tranquille stabilité de la terre. Sur la mer, les remous sortent le cerveau de son train-train habituel et le nouveau rythme imposé le trouble, ce qui provoque une sensation de malaise. Les petites billes de l’oreille interne se mettent à bouger un peu dans tous les sens, envoyant informations sur informations, cadence que le cerveau n’a pas le temps de suivre

Alors pour passer un voyage un tant soit peu agréable, pas de remède miracle, mais plusieurs précautions à prendre. Par exemple l’anxiété, le tabac et l’alcool sont des facteurs aggravants du mal de mer. Si l’anxiété peut être difficile à contrôler, pour les deux autres c’est à vous de voir. Alors pour essayer d’aller mieux certains médicaments existent, mais il est surtout conseiller de se couvrir pour ne pas avoir froid et de se mettre au centre du bateau, là où ça tangue le moins. Quoi qu’il en soit, prenez votre mal en patience : le corps fini toujours par s’habituer (en général). Et n’oubliez pas de manger léger, cela rendra le passage de la nourriture en sens inverse un peu moins désagréable.

Wilfried Rochard
30/01/2006

 


Pour aller plus loin ...
 

> Comment combattre le mal de mer (doctissimo.fr).


> ()